Publication

Communiqué commun Conférence mondiale de la Coalition pour les droits égaux de 2018

07 août 2018

Nous, ministres et représentants des pays membres de la Coalition pour les droits égaux, nous sommes réunis du 5 au 7 août 2018 à Vancouver (Colombie-Britannique), au Canada, et nous nous sommes engagés à travailler ensemble pour bâtir un monde où les droits de la personne et les libertés fondamentales de chaque personne sont respectés et où personne n’est laissé de côté, sans égard à l’orientation sexuelle, à l’identité ou expression de genre, ou aux caractéristiques sexuelles. C’est avec regret que nous constatons qu’en ce 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, les personnes LGBTI continuent d’être les victimes de graves violations de leurs droits dans le monde entier.

Parmi ces violations des droits de la personne, que nous condamnons catégoriquement, figurent la discrimination, la violence et les arrestations arbitraires en raison de l’orientation sexuelle, de l’identité ou expression de genre, ou des caractéristiques sexuelles, réelles ou perçues.

Depuis la création de la Coalition en juillet 2016 à Montevideo, en Uruguay, nous avons agi de concert au moyen de déclarations publiques et d’interventions diplomatiques, lorsque nous avons été témoins de violations des droits de personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). Parallèlement, nous avons salué les mesures positives prises par des gouvernements, des assemblées législatives et des tribunaux dans le monde entier pour combattre la discrimination et renforcer les mesures de protection des droits des personnes LGBTI.

Il y a encore beaucoup à faire pour que personne ne soit laissé de côté, y compris dans nos propres pays. Les meilleurs moyens de réaliser des progrès sont l’éducation, le dialogue, la sensibilisation, la défense des droits, la coopération, et la reconnaissance des droits de la personne universels, indivisibles et interdépendants. Dans notre action, nous allons continuer à appuyer les approches innovantes et efficaces en matière de politiques et d’aide internationales adaptées aux besoins et aux réalités des diverses communautés, et à collaborer étroitement avec les organismes de la société civile et tous les intervenants concernés.

Depuis la création de la Coalition, nous avons accueilli dix nouveaux pays membres : l’Albanie, l’Australie, le Cap-Vert, Chypre, le Danemark, l’Islande, Israël, la Lituanie, le Luxembourg et Malte.

Nous tenons à souligner que la conférence a lieu sur le territoire traditionnel des Premières Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Nous avons été accueillis ici avec nos partenaires de la société civile, d’organisations multilatérales et d’autres groupes d’intervenants, dont les contributions font partie intégrante du travail de la Coalition.

À Vancouver, nos discussions se sont appuyées sur nos principes communs et les efforts collectifs que nous avons faits à ce jour. Nous nous engageons à respecter et à protéger les droits de la personne et les libertés fondamentales inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui sont au cœur de l’ordre international fondé sur la règle de droit. Nous reconnaissons que les droits et libertés inscrits dans la législation internationale en matière de droits de la personne s’appliquent également à tous les individus, y compris les personnes LGBTI, sans aucune distinction. Nous avons réitéré les engagements pris lors de la signature des Principes fondateurs, énoncés pour la première fois à Montevideo.

Nous nous sommes tous engagés à favoriser l’avènement d’un développement durable. Nous reconnaissons que les personnes LGBTI doivent pouvoir participer de manière significative et inclusive à ce développement et en bénéficier de manière non discriminatoire.

Nous sommes convaincus que des démarches inclusives et fondées sur les droits de la personne en matière de politiques et d’aide internationale qui respectent la diversité contribuent à l’établissement de sociétés plus résilientes et prospères. Nos entretiens nous ont permis de renforcer cette conviction. Des personnes bispirituelles et LGBTI autochtones sont venues nous parler de leur vécu. Nous avons étudié l’importance des facteurs linguistiques et culturels dans l’édification des collectivités et d’une collaboration accrue entre les personnes et les organisations, y compris celles qui s’expriment en français et en espagnol. Nous avons redoublé d’efforts pour tenir compte des réalités et des besoins distincts des personnes intersexuées, des personnes trans et de genres divers, et des femmes lesbiennes et bisexuelles. Nous reconnaissons que les personnes LGBTI peuvent subir des formes de discrimination multiples et intersectionnelles, en raison notamment de leur ethnicité, leur religion, leur âge ou leurs capacités.

Nous sommes déterminés à réaliser de véritables progrès pour les personnes LGBTI, y compris les jeunes, qui ne laissent personne de côté. Avec nos partenaires, nous nous sommes donc efforcés de déterminer des moyens pratiques d’avancer. Nous avons exploré les rôles innovants que peut jouer le secteur privé et souligné l’importance capitale des données et de la mesure des progrès pour favoriser un développement inclusif et la défense des droits des personnes LGBTI. Nous avons évalué les stratégies actuelles pour faire progresser la création de mouvements, la compréhension de l’intersectionnalité, et l’intégration des droits de la personne dans les programmes de lutte contre le VIH/SIDA. Nous nous sommes penchés sur le pouvoir des interventions multisectorielles contre les crimes haineux, la violence, et d’autres violations des droits de la personne qui visent les personnes LGBTI. Nous avons discuté de la difficulté particulière des jeunes personnes LGBTI à accéder à des services d’éducation et de santé adaptés et de qualité, et de l’importance d’écouter et de soutenir les jeunes LGBTI. Nous avons aussi abordé le rôle crucial de l’éducation et de la foi pour un développement inclusif et la défense des droits des personnes LGBTI, et le besoin d’un engagement plus poussé des enseignants et des dirigeants religieux au niveau local.

Depuis sa création, notre Coalition s’efforce de mettre en place un programme de travail axé sur l’action et des équipes multisectorielles pour réaliser nos objectifs. À Vancouver, nos discussions avec les partenaires de la société civile, les organisations multilatérales et d’autres intervenants ont permis d’enrichir la vision de la Coalition, ce qui profitera à nos travaux futurs.

Suite aux délibérations de la Conférence mondiale, nous prenons les engagements suivants :

  • Nous nous engageons à faire progresser les travaux de la Coalition en renforçant sa collaboration avec ses principaux partenaires, y compris la société civile, les organismes internationaux, les agences multilatérales, le milieu universitaire, le secteur privé et tous les autres intervenants qui s’efforcent de promouvoir et de protéger les droits et les libertés fondamentales des personnes LGBTI;
  • Nous nous engageons à prôner l’égalité dans le respect, la protection, et la promotion des droits de la personne et des libertés fondamentales des personnes LGBTI, notamment dans les situations où ces personnes courent de graves dangers;
  • Nous nous engageons à faire en sorte que nos stratégies de développement durable tiennent compte des expériences des personnes LGBTI, par la consultation auprès des organisations de la société civile LGBTI, y compris dans notre planification et nos rapports;
  • Nous nous engageons à augmenter la quantité et la qualité des mesures d’aide internationale consacrée à la protection et à la promotion des droits de la personne et à répondre aux besoins des personnes, communautés et organisations LGBTI dans le cadre d’un développement inclusif;
  • Nous nous engageons à renforcer les liens avec le secteur privé et à travailler ensemble à la promotion des droits des personnes LGBTI dans tous les secteurs de la société, y compris le milieu de travail;
  • Nous nous engageons à communiquer les pratiques exemplaires entre les gouvernements, les législateurs et les organisations de la société civile pour favoriser la décriminalisation universelle de l’identité ou la conduite des personnes LGBTI et le renforcement des protections contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité ou expression de genre, ou les caractéristiques sexuelles;
  • Nous nous engageons à collaborer étroitement pour préconiser des mesures de protection adéquates pour les personnes intersexuées et à encourager les États à mettre en place des politiques et procédures, le cas échéant, pour faire en sorte que les pratiques médicales respectent les obligations internationales en matière de droits de la personne;
  • Nous nous engageons à encourager les États, dans leurs systèmes juridiques nationaux et en accord avec leurs obligations internationales en matière de droits de la personne, à continuer de consolider les institutions et politiques publiques dont le but est de prévenir les violations des droits de la personne commises contre des personnes LGBTI, d’enquêter sur ces actes, d’en punir les auteurs, et de s’assurer que les victimes ont accès à la justice et à des mesures de redressement appropriées;
  • Nous nous engageons à travailler à accroître l’espace accordé à la société civile, tant à l’échelle nationale qu’internationale, en reconnaissance des actions importantes menées par les organisations de la société civile et les défenseurs des droits de la personne à l’appui des personnes LGBTI, souvent à leurs risques et périls;
  • Nous nous engageons à encourager les États à renforcer la collecte d’information sur le nombre, la diversité et les besoins uniques des personnes et communautés LGBTI, en portant une attention particulière à la documentation officielle et au signalement des violations des droits de la personne fondées sur l’orientation sexuelle, l’identité ou expression de genre, ou les caractéristiques sexuelles, notamment en collaborant avec la société civile dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques axées sur les droits et fondées sur des données probantes.

Conscients de l’urgence de voir nos efforts porter leurs fruits, nous nous engageons à examiner les progrès réalisés relativement à ces engagements et à notre programme de travail, lors de nos réunions périodiques au cours des deux prochaines années, en prévision de notre prochaine conférence mondiale en 2020.

Category Declaración, Canada, espagnol, français, Inglés, 2018

Download declaración

Share On: