Publication

Déclaration de la Coalition pour les droits égaux pour mettre fin aux examens anaux forcés

16 mai 2018

Les membres soussignés de la Coalition pour les droits égaux (CDE) accueillent favorablement les récents progrès mentionnés ci-dessous qui ont été réalisés aux échelles nationale et mondiale pour mettre fin aux examens anaux forcés ciblant les hommes homosexuels et bisexuels et les femmes transgenres en raison de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre réelle ou perçue. Les membres de la CDE constatent aussi avec grande inquiétude que certaines personnes sont toujours forcées à subir de tels examens.

Les membres de la CDE saluent les organismes internationaux des droits de la personne et les associations médicales qui ont condamné de tels examens : Association médicale mondiale (résolution adoptée par l’Assemblée générale en octobre 2017); Organisation mondiale de la Santé (multiples déclarations, dont celle faite en décembre 2017 par la directrice générale à l’occasion de la Journée des droits de la personne); (groupe indépendant de médecins légistes declaration faite en 2016 [en anglais seulement]), (agences de l’ONU déclaration commune faite en 2015 par 12 agences); ONU (conclusions du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et du Comité des Nations Unies contre la torture).

Les membres de la CDE accueillent aussi favorablement les progrès réalisés pour défendre la dignité humaine et mettre fin à la pratique des examens anaux forcés à l’échelle nationale. Par exemple, en mars 2018, une cour d’appel kenyane a jugé inconstitutionnels les examens anaux forcés que doivent subir les hommes soupçonnés d’être homosexuels. Des associations médicales nationales au Liban, en Tunisie et au Kenya (en anglais seulement) ont aussi critiqué la pratique et demandent qu’on y mette fin.

Les membres de la CDE exhortent tous les gouvernements à mettre fin à la pratique consistant à faire subir des examens anaux aux personnes simplement en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre réelle ou perçue. En outre, ils encouragent les Nations Unies et les autres organisations internationales à fournir de l’aide technique au besoin pour aider les gouvernements à mettre fin à cette pratique inhumaine.

Cosignataires :

Albanie, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Cap-Vert, Chili, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Islande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Monténégro, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Norvège, Serbie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni, États-Unis d’Amérique, Uruguay

Category Pronunciamiento, All, espagnol, français, Inglés, 2018

Download pronunciamiento

Share On: